Informations

Cacapon AO-52 - Histoire

Cacapon AO-52 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Cacapon

Une rivière en Virginie-Occidentale.

(AO-52 : dp. 7 470 ; 1. 553' ; n. 75' ; dr. 32'4" ; s. 18 k. ;
épl. 302 ; une. 1 5", 4 3" ; cl. Cimarron)

Cacapon (AO-52) a été lancé le 12 juin 1943 par Bethlehem-Sparrows Point Shipyard, Inc., Sparrows Point, Maryland, dans le cadre d'un contrat de la Commission maritime ; parrainé par Mme A. V. Doherty ; acquis par la Marine le 21 septembre 1943 ; et commandé le même jour, le lieutenant-commandant G. Kyth aux commandes.

Le 22 octobre 1943, le Cacapon quitte Norfolk pour charger du carburant à Aruba, dans les Antilles, en route vers Pearl Harbor, où il arrive le 12 novembre. Le 30 novembre, il a rendez-vous avec la 6e Flotte pour livrer du carburant en mer aux navires effectuant l'opération des îles Gilbert. Après une révision de la côte ouest, il retourne à Pearl Harbor, d'où il part le 3 février 1945 pour porter son soutien logistique vital à la TF 60, alors engagée dans l'opération des îles Marshall. Il transportait le carburant dont dépend toute la guerre navale moderne aux unités de la 3e flotte de mars à mai, alors que les puissantes forces opérationnelles envoyaient leurs frappes contre Rabaul, Kavieng, Green, Emirau et les Amirautés. Pendant une partie de cette période, elle a servi temporairement avec le groupe de soutien de service de la 7e flotte pour l'opération de Nouvelle-Guinée.

Cacapon servit successivement de station-citerne à Efate et à Espiritu Santo, Nouvelles Hébrides ; Port Purvis, Îles Salomon et Manus, Îles de l'Amirauté, jusqu'au 8 janvier, quand elle a dégagé Manus pour Ulithi. Ici, il a fait son rapport à la 3e Flotte, et entre le 12 et le 27 janvier, ses opérations ont soutenu la TF 38 pendant sa série de frappes contre Luzon et Formosa en soutenant les attaques et la consolidation des Philippines. Cacapon a allongé la liste des opérations auxquelles il avait apporté un soutien vital alors qu'il naviguait avec la 5e flotte lors de l'opération Iwo Jima, du 15 au 26 février, et de l'opération Okinawa du 24 mars au 30 juin. Entre ceux-ci, elle a brièvement servi comme pétrolier de station dans la baie de San Pedro, P.I.

Cacapon a apporté son aide essentielle à la 3ème Flotte dans ses dernières attaques aériennes et bombardements dévastateurs sur les îles japonaises en juillet 1945, et le 20 septembre est entré dans la baie de Tokyo. Dix jours plus tard elle a dégagé pour San Pedro, Californie, en arrivant pour la révision le 11 octobre. Elle est retournée en Extrême-Orient en décembre, fournissant. soutien aux forces d'occupation avec un service de navette entre Yokohama et Shanghai et Tsingtao, en Chine. En avril 1946, il a navigué vers Bahreïn dans le golfe Persique pour charger du pétrole à livrer à l'atoll de Kwajalein, où sa cargaison devait être utilisée pendant l'opération "Crossroads". Cependant, le premier jour en mer, le 24 avril, il a couru sur Shah Allum Shoal dans le golfe Persique. Alors que le courant l'a dégagée, ses salles des machines et d'incendie ont commencé à être inondées et toute l'alimentation a été perdue. Aidé par SS Fort Erie SS Fort Stanwick et Chikaskia (AO-64), Cacapon est retourné à Bahreïn pour des réparations temporaires et s'est rendu à San Pedro, en Californie, pour des réparations permanentes.

Le 2 décembre 1946, Caballo a autorisé San Pedro en Californie, pendant 10 semaines dans l'Antarctique dans le cadre de l'opération "Saut en hauteur". Elle a fait escale à Sydney, en Australie, en route vers Long Beach, en Californie, en rentrant chez elle le 8 avril 1947. Entre 1947 et 1950, elle a navigué dans le Pacifique lors de deux tournées d'Extrême-Orient prolongées.

Les opérations en Extrême-Orient continuèrent d'être la règle pour Cacapon lorsque la guerre éclata en Corée en juin 1910 ; elle y a effectué quatre longues périodes de service au cours des trois années de combat. Naviguant avec la 7e flotte et la Force de patrouille de Formose, il transportait du carburant et des fournitures à ces forces maritimes. Lors de sa première tournée, au cours de laquelle elle a aidé à soutenir le débarquement amphibie à Inchon le 15 septembre 1950, elle a reçu la mention élogieuse de l'unité de la Marine pour ses hautes performances.

De la fin des hostilités en Corée à 1960, Cacapon a effectué six autres tournées en Extrême-Orient, continuant à naviguer avec la 7e flotte et la force de patrouille de Taiwan.

Au cours de sa tournée de 1966, elle a participé à l'évacuation des îles Tachen du 6 au 14 février, et à l'opération d'évacuation du Vietnam "Passage to Freedom" du 6 au 15 mars. De février à août 1958, elle a participé à l'opération "Hardtack" à Bikini. Les intervalles entre les déploiements l'ont trouvée opérant localement à partir de Long Beach.

Cacapon a reçu quatre étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que la mention élogieuse de l'unité de la Marine et neuf étoiles de bataille pour son service pendant la guerre de Corée.


USS Cacapon (AO-52) - Opérations de guerre du Vietnam

Au cours de sa tournée de 1955, elle a participé à l'évacuation des îles Tachen du 6 au 14 février, et à l'évacuation du Vietnam "Opération Passage vers la Liberté" du 6 au 15 mars. De février à août 1958, elle participe à l'opération Hardtack I sur l'atoll de Bikini. Les intervalles entre les déploiements l'ont trouvée opérant localement à partir de Long Beach, en Californie.

Le Cacapon a été le site de l'étranglement en 1968 de l'enseigne Andrew Muns. Il a été assassiné après avoir découvert un vol de 8 600 $ dans le coffre-fort du navire par Michael LeBrun. La Marine a d'abord qualifié l'Enseigne Muns de voleur et l'a accusé d'avoir déserté avec l'argent volé. Sur l'insistance de la famille Muns, l'affaire a été rouverte par le NCIS en 1998 et une enquête ultérieure sur un cas froid a conduit à Michael LeBrun. Après un long interrogatoire, LeBrun a avoué le meurtre et l'élimination du corps en jetant l'enseigne Muns dans l'un des énormes réservoirs de carburant du pétrolier. Le corps n'a jamais été retrouvé. Après trente ans marqués comme un déserteur déshonorant, l'enseigne Muns a reçu une cérémonie d'enterrement honorable au cimetière d'Arlington.

En savoir plus sur ce sujet : USS Cacapon (AO-52)

Citations célèbres contenant les mots vietnam, guerre et/ou opérations :

&ldquo Surtout, Viêt Nam était une guerre qui demandait tout à quelques-uns et rien à la plupart en Amérique. &rdquo
&mdashMyra MacPherson, auteur américain. Passage de longue durée : Viêt Nam et la génération hantée, épilogue (1984)

&ldquo Tu es allé à la rencontre de l'étreinte du feu de l'obus
Sur la crête de Vimy et quand tu es tombé ce jour-là
Les guerre semblait fini plus pour toi que moi,
Mais maintenant pour moi que vous dans l'autre sens. &rdquo
&mdashRobert Frost (1874�)

&ldquo Vous ne pouvez pas avoir opérations sans cris. La douleur et le couteau sont inséparables. &rdquo
&mdashJean Scott Rogers. Jour Robert. M. Blount (Frank Pettingell)


USS Cacapon AO-52 (1943-1960)

Demandez un paquet GRATUIT et obtenez les meilleures informations et ressources sur le mésothéliome qui vous sont livrées du jour au lendemain.

Tout le contenu est protégé par le droit d'auteur 2021 | À propos de nous

Publicité d'avocat. Ce site Web est sponsorisé par Seeger Weiss LLP avec des bureaux à New York, New Jersey et Philadelphie. L'adresse principale et le numéro de téléphone de la société sont 55 Challenger Road, Ridgefield Park, New Jersey, (973) 639-9100. Les informations sur ce site Web sont fournies à titre informatif uniquement et ne sont pas destinées à fournir des conseils juridiques ou médicaux spécifiques. N'arrêtez pas de prendre un médicament prescrit sans d'abord consulter votre médecin. L'arrêt d'un médicament prescrit sans l'avis de votre médecin peut entraîner des blessures ou la mort. Les résultats antérieurs de Seeger Weiss LLP ou de ses avocats ne garantissent ni ne prédisent un résultat similaire en ce qui concerne toute question future. Si vous êtes un détenteur légal de droits d'auteur et pensez qu'une page de ce site dépasse les limites de "l'utilisation équitable" et enfreint les droits d'auteur de votre client, nous pouvons être contactés concernant des questions de droits d'auteur à l'adresse [email protected]


Contenu

Le régiment a été activé pour la première fois le 16 juin 1917, à Chickamauga, en Géorgie. L'unité a d'abord combattu en Meuse-Argonne, dans le nord de la France, et en Alsace, en France, pendant la Première Guerre mondiale.

Après l'activation du 52e régiment d'infanterie en 1917, le régiment a été affecté à la sixième division d'infanterie. La sixième division a été organisée en novembre 1917 en une division carrée composée des 51e, 52e, 53e et 54e régiments d'infanterie, des 16e, 17e et 18e bataillons de mitrailleuses et des 3e, 11e et 78e régiments d'artillerie de campagne. Les unités de la division se rassemblent à New York et partent pour la France en juillet 1918. Après avoir marché et s'entraînant dans tout l'ouest de la France, la Sixième est affectée le 31 août au secteur des Vosges. Là, une chaîne de hauts sommets boisés avait bloqué les armées française et allemande. Leur mission était la défense d'un front de 21 milles. La division s'est engagée dans des patrouilles actives dans le no man's land et derrière les lignes allemandes. De plus, les points forts du peloton d'infanterie se sont défendus contre les raids allemands qui ont lancé leurs attaques à l'aide de tirs liquides et de grenades.

La division a développé sa réputation de randonneur et son surnom de "The Sightseeing Sixth" lorsque, avant l'offensive d'Argonne, elle s'est engagée dans de vastes fausses marches, souvent sous l'artillerie ennemie et les bombardements aériens, pour tromper les Allemands en leur faisant croire qu'une attaque majeure devait prendre. place dans le secteur vosgien. Après une autre courte période d'entraînement, consistant principalement en des marches forcées, la division se lance dans la campagne de clôture de la guerre, l'offensive Meuse-Argonne. En réserve de corps, le 6e a été utilisé à la place d'une division de cavalerie indisponible pour tenter de maintenir le contact avec les Allemands en retraite rapide. Au cours de ses trois mois au front, la 6e division a perdu 227 hommes tués au combat ou morts de blessures. Il maintenait une défense active dans un secteur important et jouait un rôle majeur dans le plan tactique dans un autre.

Après l'armistice, l'étoile rouge à six branches a été adoptée comme insigne de division le 19 novembre 1918. Cette étoile rouge à six branches est devenue une partie de l'écusson du 52e d'infanterie pour marquer le premier combat du régiment avec la 6e division. Le gros de la division retourna aux États-Unis en juin 1919 à bord de l'USS Leviathan. La division a continué son service à Camp Grant, Illinois et a été désactivée le 30 septembre 1921. [2]

Après une période d'inactivation, la Compagnie C, 52e Régiment d'infanterie a été redésignée et activée en tant que Compagnie C, 52e Infanterie blindée le 15 juillet 1942 en tant qu'élément de la 9e Division blindée à Fort Riley, Kansas. Ils seraient déployés avec la 9e division blindée en France, au Luxembourg, en Belgique et en Allemagne après un entraînement de deux mois en Angleterre. La compagnie a servi en Europe avec la 9e division du 31 juillet 1944 au 6 mai 1945, y compris une semaine d'attachement à la 8e division d'infanterie du 23 octobre 1944 au 30 octobre 1944. [3]

La 9e division était l'une des nombreuses divisions réelles de l'armée américaine qui ont participé à l'opération Fortitude, l'opération de déception montée par les États-Unis et les Britanniques pour tromper les Allemands sur le véritable site de débarquement de l'opération Neptune, l'invasion amphibie du nord de la France. Le 9e a été affecté à un camp sur la côte britannique en face des défenses allemandes dans le Pas-de-Calais, apparemment dans le cadre du « First US Army Group » (FUSAG) du général Patton. Alors que ses membres s'entraînaient à la véritable invasion des côtes normandes, le quartier général divisionnaire servait à véhiculer de faux messages radio avec le faux QG FUSAG pour faire croire aux Allemands qu'une invasion du Pas-de-Calais par une armée massive était la vraie intention des Alliés. La ruse a si bien réussi que le haut commandement allemand a été complètement dupe et a concentré ses réserves loin des côtes normandes. En l'honneur de leur participation à cette supercherie, la 9e fut officiellement surnommée la « Division fantôme ». [ citation requise ] La 9e division blindée débarqua en Normandie fin septembre 1944 et se mit en ligne, le 23 octobre, en patrouille dans un secteur calme le long de la frontière luxembourgeoise-allemande. Lorsque les Allemands lancent leur offensive hivernale, le 9e, sans réelle expérience du combat, se retrouve soudain engagé dans de violents combats. La division a vu son action la plus sévère à Saint-Vith, Echternach et Bastogne, ses unités combattant dans des zones très éloignées.

Son stand à Bastogne a résisté aux Allemands assez longtemps pour permettre à la 101st Airborne de creuser pour défendre la ville. Après une période de repos en janvier 1945, la division se prépare à traverser la rivière Rur. L'offensive a été lancée le 28 février et le 9 a traversé la Rur jusqu'à Rheinbach, envoyant des patrouilles à Remagen. Le pont Ludendorff à Remagen a été retrouvé intact et a été saisi par des éléments du 9e blindé quelques minutes avant que les charges de démolition n'explosent le 7 mars 1945. La division a exploité la tête de pont, se déplaçant vers le sud et l'est à travers la rivière Lahn vers Limburg an der Lahn , où des milliers de prisonniers alliés ont été libérés. Le 52e bataillon d'infanterie blindée a retenu une force d'infanterie et de blindés nazis en progression tandis que la 101e aéroportée a mis en place des défenses à Bastogne, ce qui a permis de conserver la ville avec succès. Des soldats de la compagnie C du 52e bataillon d'infanterie blindée ont secouru quatre chars américains pris dans une attaque complexe nazi. [4]

Après les opérations à la tête de pont de Remagen, la division s'est rendue à Francfort puis s'est tournée pour aider à la fermeture de la poche de la Ruhr. En avril, il a continué vers l'est, a encerclé Leipzig et a assuré une ligne le long de la rivière Mulde. La division se déplaçait vers le sud en Tchécoslovaquie lorsque la guerre en Europe a pris fin. [5]

Pendant la guerre du Vietnam, le 52e d'infanterie a participé à de multiples contre-attaques, remportant une citation d'unité présidentielle et trois mentions élogieuses d'unité méritoire pour des opérations à Saigon et dans d'autres régions du Vietnam. [6]

Arrivée
Date
Base
Camp
Effronté
Emplacement
Majeur
Commander
Remarques
1er bataillon, 52e d'infanterie
Arrivé au Vietnam en octobre 1967 à bord du USS Gordon Troop Carrier à DaNang.
Février 1968 Chu Lai Chu Lai 198e brigade d'infanterie légère Rôle d'infanterie légère
novembre 1968 Tam Ky Tam Ky
décembre 1968 Chu Lai Chu Lai
Février 1969 Chu Lai Chu Lai 23e division d'infanterie (États-Unis) Rôle d'infanterie légère
décembre 1969 Dong Le
avril 1970 Long Phu
août 1970 Trung Canh
septembre 1970 Mon fils
novembre 1970 Tri Binh
décembre 1970 Chu Lai
août 1971 La Loi 11e brigade d'infanterie Rôle d'infanterie légère
Bataillon DEROS à fin octobre 1971
Compagnie C, 52e Régiment d'Infanterie
Arrivé au Vietnam le 1er décembre 1966
Saïgon Saïgon 716e bataillon de police militaire L'unité avait un rôle de sécurité des fusils à l'appui de la police militaire
Compagnie C, 52e Régiment d'Infanterie
DEROS 15 août 1972
Compagnie D, 52e Régiment d'Infanterie
Arrivé au Vietnam le 26 novembre 1966
26 novembre 1966 Long Binh Long Binh 95e bataillon de la police militaire L'unité avait un rôle de sécurité de fusil soutenant la police militaire
Compagnie D, 52e Régiment d'Infanterie
DEROS 22 novembre 1969
Compagnie D, 52e Régiment d'Infanterie
Retourné au Vietnam le 30 juin 1971
26 novembre 1966 Qui Nhon Qui Nhon Commandement de soutien de l'armée américaine, Qui Nhon L'unité a fourni du personnel aux installations de sécurité du dépôt de Qui Nhon, au port de Qui Nhon et à l'aérodrome de l'armée de Qui Nhon.
Compagnie D, 52e Régiment d'Infanterie
DEROS 26 novembre 1972
Compagnie E, 52e Régiment d'Infanterie
Activé au Vietnam le 20 décembre 1967
20 décembre 1967 An Khe Itinérance 1ère division de cavalerie L'unité fonctionnait comme une compagnie de patrouille de reconnaissance à longue distance distincte.
Compagnie E, 52e Régiment d'Infanterie
Inactivé au Vietnam le 1er février 1969
Compagnie F, 52e Régiment d'Infanterie
Activé au Vietnam le 20 décembre 1967
20 décembre 1967 Divers Divers 1ère division d'infanterie. L'unité fonctionnait comme une compagnie de patrouille de reconnaissance à longue distance distincte.
Compagnie F, 52e Régiment d'Infanterie
Inactivé au Vietnam le 1er février 1969

Compagnie C, 52e d'infanterie au Vietnam Modifier

La Compagnie C, 52nd Infantry a servi au Vietnam du 1er décembre 1966 au 15 août 1972. En 1971, la compagnie avait un effectif autorisé de 137 fantassins. Trois ans plus tôt, en 1968, la Compagnie C, 52nd Infantry avait un effectif autorisé de 151 fantassins. La société était une compagnie de sécurité au fusil chargée de renforcer les capacités d'infanterie du 716e bataillon de police militaire (89e groupe de police militaire, 18e brigade de police militaire), qui était chargé d'assurer la sécurité des installations américaines dans la région de Saigon. L'accord sur le statut des forces entre les États-Unis et le gouvernement sud-vietnamien interdisait de stationner des forces de combat américaines à Saigon. En conséquence, les seules forces au sein de Saigon, la compagnie C, 52e d'infanterie, avec le 716e bataillon de police militaire, la 527e compagnie de police militaire et le 90e détachement de police militaire, n'étaient équipées que d'armes légères à main.

Ils étaient en état d'alerte et s'attendaient à des attaques terroristes isolées. Cependant, ils feraient bientôt face à l'offensive du Têt, une attaque communiste tous azimuts dans tout le Vietnam. Les Nord-Vietnamiens ont violé le cessez-le-feu de la fête du Têt afin de surprendre les forces américaines et sud-vietnamiennes. Bien que les services de renseignement américains prévoyaient que le cessez-le-feu serait violé, personne ne s'attendait à une attaque totale dans la ville de Saigon. Au lieu de cela, ils feraient face à quelque 4000 guérilleros Viet Cong, dont beaucoup s'étaient infiltrés à Saigon pendant les festivités de vacances et étaient presque impossibles à distinguer de la population locale. Aux petites heures du matin du 31 janvier 1968, ces forces ont attaqué des installations dans tout Saigon presque simultanément. La compagnie C, 52e d'infanterie, ainsi que le 716e MP et les forces qui y sont attachées, se retrouveraient à défendre l'ambassade des États-Unis, Saigon [7] contre non seulement un nombre supérieur, mais également un armement supérieur.

Les policiers de la sécurité sur le périmètre pouvaient entendre des coups de feu étouffés alors que le VC tirait sur certains des quartiers des officiers célibataires et des quartiers des célibataires enrôlés le long de Plantation Road, qui traversait Cholon vers le sud depuis la porte principale de Tan Son Nhut. Cinq soldats ont été tués, dont un jeune enrôlé de passage à moto Honda en route vers son lieu d'affectation. Une patrouille de jeep MP a été immobilisée lors de la réponse à l'attaque. L'équipe de réaction qui est arrivée pour renforcer la situation était dirigée par le sergent d'état-major Jimmy Bedgood de la compagnie C, 52e d'infanterie, une compagnie de gardes de sécurité composée de vétérans de l'infanterie de combat qui était rattachée au 716e bataillon de police militaire. L'équipe de réaction a fourni le feu de couverture qui a permis à la patrouille en jeep de se mettre hors de danger. Dans le processus, un RPG a percuté la jeep de l'équipe de réaction, blessant plusieurs GI et tuant Bedgood. [8] Un article paru dans une publication de la police militaire décrivait les actions du SSG Herman Holness ce jour-là :

Alors que la police militaire et les forces de réaction maritimes répondaient à l'ambassade, une impasse s'ensuivit. La police militaire a encerclé l'enceinte et a échangé des tirs avec les guérilleros sur le terrain, mais n'a pas pu entrer dans l'enceinte en raison du volume des tirs et de l'incertitude quant à la disposition de l'ennemi. Le Viet Cong n'a pas pu entrer dans le bâtiment de l'ambassade et n'a pas pu sortir de l'enceinte. De plus, une force de réaction d'infanterie qui a tenté d'atterrir par hélicoptère sur le toit de l'ambassade a été repoussée par le feu ennemi. A l'aube, l'ordre est donné de reprendre l'enceinte. La police militaire a percuté la porte principale de l'ambassade et a pris d'assaut le complexe dirigé par le PFC Paul Healy de la compagnie B, 716e bataillon de police militaire. Lorsque l'ambassade a été rétablie, 19 Viet Cong morts ont été retrouvés et un a été capturé.

Malgré leur infériorité numérique et leur puissance de feu, aucune des installations à la charge du C-52d Infantry et du 716th MP Battalion n'a été capturée lors de l'assaut du VC. La performance de l'entreprise pendant le Têt a été reconnue par la Presidential Unit Citation, mais le prix a été élevé. Avec 27 soldats du 716th MP, neuf soldats C-52d ont perdu la vie lors des combats du premier jour à Saigon : [9]

  • 2LT Stephen L. Braddock, Abilene, Texas
  • SSG Rafael A. Ruiz-del Pilar, Quebradillas, RP
  • SSG Jimmy Bedgood, Milledgeville, Géorgie
  • SGT Robert B. Stafford, Kingsport, Tennessee
  • SP4 Frank E. Faught, Coweta, OK
  • SP4 Troy E. Hirni, Warrensburg, MO (Étoile de bronze "V")
  • CPL Randall K. Schutt, Sioux Center, IA
  • CPL James E. Walsh, Dayton, OH
  • PFC Lester G. Yarbrough, Kingsland, Géorgie

Pour leurs actions à Saigon et pour la défense de l'ambassade des États-Unis, quatre soldats du C-52d IN ont reçu la troisième plus haute distinction militaire, la Silver Star : SFC James R. Lobato, SSG Herman Holness, SPC Bruce McCartney et SPC Vincent R. Giovanelli. Natif de Perryopolis, en Pennsylvanie, âgé de 20 ans, le SPC Giovanelli a également reçu « le Combat Infantryman Badge, Purple Heart et Bronze Star Medal pour héroïsme ». La "présentation [de son Silver Star] a été faite le 12 avril [1968] près de Saigon par le général Creighton W. Abrams, [alors] commandant général adjoint, U.S. Military Assistance Command, Vietnam."

Le 2e bataillon du 52e d'infanterie a été déployé pour aider à réprimer les émeutes d'avril 1968 à Chicago. [10] : 309

En 1988, le 1er bataillon du 52e d'infanterie est devenu une partie de la 177e brigade blindée de la force d'opposition au Centre national d'entraînement de Fort Irwin, en Californie, alors que le 6e bataillon du 31e d'infanterie a changé de pavillon en 1-52 d'infanterie. Il a exercé ce rôle pendant six ans. Le 26 octobre 1994, le 1er Bataillon du 52e d'infanterie a été désactivé et le 2e Escadron du 11e Régiment de cavalerie blindée a été réactivé à sa place en changeant de pavillon dans le cadre du mouvement du 11e Régiment de cavalerie blindée à Fort Irwin pour devenir la Force d'opposition à le Centre national de formation.


Cacapon AO-52 - Histoire

L'USS Cacapon, un pétrolier de classe Cimarron de 7470 tonnes, a été construit dans le cadre d'un contrat de la Commission maritime à Sparrows Point, dans le Maryland. Acquis par la Marine et mis en service en septembre 1943, il transporta du carburant des Antilles à Hawaï lors de son voyage inaugural, puis continua plus loin dans le Pacifique pour ravitailler les navires participant à l'opération des îles Gilbert. Pendant le reste de la Seconde Guerre mondiale, Cacapon a continué à soutenir les opérations contre le Japon, transportant des cargaisons de pétrole vitales pour reconstituer les navires des 3e, 5e et 7e flottes.

Au cours des derniers mois de 1945, Cacapon a participé aux efforts d'occupation d'après-guerre en Extrême-Orient et, en 1946, a été affecté au transport du pétrole du golfe Persique vers le Pacifique. Cependant, une mise à la terre accidentelle a interrompu ce travail et l'a renvoyée aux États-Unis pour des réparations. En 1947, le pétrolier participa à l'opération "Highjump" en Antarctique. Elle a continué son emploi dans la Flotte du Pacifique pour le reste de la décennie et a effectué quatre déploiements dans les eaux asiatiques pendant la guerre de Corée 1950-53.

La carrière de Cacapon dans la flotte du Pacifique a duré deux décennies après l'armistice de Corée. Pendant ce temps, il voyageait fréquemment dans le Pacifique occidental pour soutenir la septième flotte américaine, y compris d'autres opérations de combat pendant la guerre du Vietnam de 1965 au début des années 1970. Après près de trente ans de mise en service, l'USS Cacapon est désarmé en août 1973. Il est simultanément rayé du Naval Vessel Register et transféré à l'Administration Maritime pour être vendu à la casse.

Cette page présente toutes nos vues de l'USS Cacapon (AO-52).

Si vous souhaitez des reproductions à plus haute résolution que les images numériques présentées ici, consultez : "Comment obtenir des reproductions photographiques."

Cliquez sur la petite photo pour afficher une vue plus grande de la même image.

En cours dans les ballasts, vers la fin des années 40

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Image en ligne : 80 Ko 740 x 555 pixels

En cours en mer, 14 janvier 1964.
Photographié par Moen.

Photographie officielle de l'U.S. Navy, provenant des collections du Naval Historical Center.

Image en ligne : 94 Ko 740 x 605 pixels

Monte haut dans l'eau tout en transférant son mazout restant à l'USS Sacramento (AOE-1), au large des côtes du Sud-Vietnam, le 1er août 1966.

Photographie officielle de la marine américaine.

Image en ligne : 70 Ko 740 x 480 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales sous le numéro de photo 428-N-117156.

En mer le 12 janvier 1972.
Notez le "E" rouge avec un seul dièse sur sa cheminée.

Photographie officielle de la marine américaine.

Image en ligne : 69 Ko 740 x 460 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales sous le numéro de photo 428-K-92247.
Bien que les reproductions de cette photo des collections du Naval Historical Center ne soient disponibles qu'en noir et blanc, celles des Archives nationales devraient être disponibles en couleur.

Réapprovisionnement de l'USS Hancock (CVA-19) à partir de trois stations de ravitaillement, vers 1972.
Notez le "E" rouge avec un dièse peint sur la cheminée de Cacapon.


Liste des navires de la marine VA présomptifs pour l'exposition à l'agent orange

La VA a récemment ajouté quelques navires de la marine américaine à la liste où une exposition présumée à l'agent orange est reconnue pendant la guerre du Vietnam.

Si vous avez déjà soumis une demande d'invalidité en raison de l'exposition pendant que vous serviez à bord de l'un de ces navires, la date de toute invalidité approuvée sera rétroactive à la date de cette demande.

Si vous n'avez pas soumis de réclamation parce que votre navire n'est pas répertorié, je vous recommande FORTEMENT de le faire car si à l'avenir votre navire était ajouté, ce sera la date de toute aide rétroactive.

Pour accéder à cette liste cliquez sur Navires de la Marine :

Partager cette entrée

A propos de l'auteur

Le Col Richardson souffre de neuropathie grave depuis plus de 45 ans. Vétéran militaire de 27 ans et vétéran de la guerre du Vietnam, on lui a diagnostiqué une neuropathie périphérique chronique progressive entraînant une invalidité grave. Ce diagnostic a été confirmé comme étant dû à une exposition à l'Agent Orange. Ce n'est qu'en 2010, 42 ans après son exposition à l'agent Orange, que son diagnostic a été reconnu par Anciens Combattants Canada comme étant lié au service.

Vous pouvez également profiter

Voir la vidéo du New York Times 2014 sur l'héritage de l'agent Orange. Par cette politique mal conçue, nous avons fourni aux communistes du Vietnam la base morale pour gagner, même par défaut. Alors que mon meilleur ami, le Dr Poff, tel que nous le connaissions, ainsi que d'autres, travaillaient pour gagner les esprits et […]

Faits historiques intéressants sur la neuropathie périphérique et l'agent orange, comme cela a été rapporté par le réseau de soutien en neuropathie avant le changement de 2012 de la loi sur l'AV : il y a des décennies, l'Agence de protection de l'environnement a confirmé le lien entre l'agent orange / la dioxine et la neuropathie périphérique à plusieurs reprises et dans leur littérature, ils faire […]

“Sans IgIV, respirer et parler simultanément était impossible, les fonctions motrices ont cessé de me confiner dans un fauteuil roulant. de la vie a été réduite à un niveau au-dessus de la folie. Sans […]

23 commentaires

L'USS Radford dd446 est sur cette liste, cela signifie-t-il qu'il est okd pour la note orange d'agent ?

Larry : OUI. SI vous postulez pour une neuropathie périphérique en raison d'une exposition à l'agent orange, veuillez m'envoyer un courrier électronique à [email protected] pour obtenir des conseils importants. Gène

Je ne trouve pas la liste des navires éligibles à l'agent orange, l'uss hassayampa ao145 figure-t-il sur cette liste ?

Lieutenant-colonel Eugene B Richardson, États-Unis (retraité) BA, MDiv, EdM, MS dit:

Alvin : Laisse-moi regarder et je te reviens.

Lieutenant-colonel Eugene B Richardson, États-Unis (retraité) BA, MDiv, EdM, MS dit:

Alvin : Non, l'USS Hassayampa AO 145 n'est pas sur la liste actuelle. Pour que le VA vérifie un navire particulier qui ne figure pas sur la liste, le vétéran doit soumettre une demande d'invalidité pour exposition/maladie AO et inscrire le navire. Ce n'est qu'alors que le VA peut examiner le navire, qu'il soit au port à tout moment ou dans des eaux brunes comme le delta, etc. Pouvez-vous me donner des détails sur le moment où le navire était dans les eaux vietnamiennes ? dans un port… ou dans l'eau brune ou un navire de déchets bleu n'a jamais accosté au Vietnam. De cette façon, je pourrais peut-être vous conseiller. Vous pouvez le faire ici ou m'envoyer un e-mail directement à [email protected] et nous vous enverrons les informations plus rapidement de cette manière. Dites-moi également si une réclamation potentielle concerne une neuropathie périphérique ou une autre affection liée à l'AO. Dieu bénisse pour votre service.

L'USS Saratoga a-t-il été considéré dans l'eau du Vietnam ?

Lieutenant-colonel Eugene B Richardson, États-Unis (retraité) BA, MDiv, EdM, MS dit:

Je n'ai pas pu trouver l'USS Saratoga sur la liste des navires publiée par la VA. Voir la liste sur http://www.publichealth.va.gov/exposures/agentorange/shiplist/list.asp#I Cependant des navires sont ajoutés de temps en temps et si c'était dans le port ou dans les eaux intérieures qu'il devrait être sur la liste. Cependant, à moins que vous n'ayez une réclamation pour une maladie liée à l'AO approuvée si vous avez servi sur le navire, c'est la seule façon pour laquelle elle sera ajoutée à la liste. S'il s'agissait d'un navire BLUE Water Navy, il existe une législation devant le Congrès pour traiter de cette question pour de nombreux vétérans de la Marine qui ont servi au Vietnam pendant la guerre.

"Mais comme le roi lui-même, Elvis Presley, a chanté," comme une rivière coule, sûrement vers la mer….
L'agent Orange aussi & #8230Bonjour.

Tous les navires en mer au large des côtes vietnamiennes ont été exposés.
Nous avons bu l'eau.
Est-ce si difficile de comprendre cela.

Lieutenant-colonel Eugene B Richardson, États-Unis (retraité) BA, MDiv, EdM, MS dit:

Non. Pas difficile à moins que vous ne soyez les entreprises chimiques essayant d'éviter la responsabilité ou les médecins qui n'ont aucune idée ou que leurs universités reçoivent des fonds des entreprises chimiques ou du gouvernement essayant d'éviter la responsabilité. tout s'applique en ce qui me concerne… a combattu le VA pendant 7 ans et a finalement gagné avec de bonnes informations… Je prie pour que la législation avant le congrès sur cette question passe bientôt.

Aussi TARD qu'en octobre 2015 (oui, pas plus tard qu'en 2015), la liste des navires du DVA n'a pas reconnu l'USS Newport News CA-148 pour les opérations à Song Huong “ESTUARY” dès février 1968. Aussi TARD que Le 10 décembre 2013, le Buffalo DVA a rejeté mes demandes de soins de santé payés et d'indemnisation. Le Buffalo DVA a affirmé que de leur INtraNET et d'autres ressources gouvernementales, le Buffalo DVA a affirmé qu'il ne pouvait pas trouver mon service au Vietnam exposé à l'agent orange. Cependant, j'ai trouvé sur INTERNET :
La politique du bulletin de rémunération et de pension de janvier 2010 de la DVA (211) fournit à l'équipage des navires qui ont opéré dans les « rivières » et « les deltas » la présomption d'exposition aux herbicides sans autre développement : l'histoire de l'USS Newport News comprend des opérations dans la province de Vinh Binh dans le Mékong ” DELTA” en décembre 1968. Et, la liste des navires de juin 2010 Compensation & Pension Bulletin Policy (211) - Reçue par le Comité sénatorial des affaires navales du Vietnam - répertorie les USS Newport News pour opération(s) : Cua Viet “RIVER” en avril 1969. Le Bulletin C&P de juin 2010 s'inclut pour faire partie du Bulletin C&P de janvier 2010 (Navires1 / liste), indique clairement : La VA n'a pas Raison de retenir les réclamations de toute personne ayant servi à bord des navires énumérés ci-dessus pendant les périodes indiquées. La liste des navires de la lettre de formation VA 10-6 comprend également les navires des forces mobiles "RIVERINE" et l'indicatif d'appel de l'USS Newport News était " 8220THUNDER ".
La liste des navires DVA d'octobre 2015 aurait dû inclure : Song Huong Estuary février 1968 Mékong “DELTA” 1968 Forces mobiles “RIVERINE” et Cua Viet “RIVER” avril 1969.
L'intention du Congrès, les services de recherche du Congrès / les présomptions statutaires (par le légiste Nichols, octobre 2010) incluent que le VA doit prendre en compte les périodes d'incubation dans les indemnisations, voir le titre 38 CFR 3.03 (d). L'ordonnance du tribunal de Nehmer – Le guide de formation Nehmer (211A) 2010 / Le guide de formation Nehmer de février 2011 (oui, 2011) prévoit l'attribution de réclamations sans qu'aucune réclamation formelle ne soit jamais formulée. Par exemple, il était aussi TARD que le VA& #8217s Octobre 2015 Liste des navires que le VA a reconnu l'opération (s) USS Newport News Song Huong “ESTUARY” en février 1968… un NOUVEAU service – a ajouté une présomption connectée.
… La zone de mouillage dans le port de Da Nang se trouve dans l'"estuaire" composé de la rivière Han et de la rivière Cu De. The up-river land mass runoffs drain in to Da Nang Harbor in which the drainage focal point of both rivers is the anchorage area, ditches drainage from nearby Da Nang Airport the anchorage is surrounded by 3 shorelines drainage, well within Vietnam’s Territory well sheltered from the open sea.
Judges , in the past, has ruled in such a manner, the crew of some ships in the Da Nang Harbor inland waterway “ESTUARY” have already been receiving health care and compensation. Recent Judges seem to indicate The VA decisions are irrational, capricious, arbitrary, inconsistent, and without good reasoning. Hence, such meets the NEXUS requirements to of Congressional Research Services / Statutory … that the crew of all ships that were in the Da Nang Harbor inland waterway “ESTUARY” should have to be adjudicated / re-adjudicated to The Nehmer Court Order / The Nehmer Training Guide 2011 and, Congressional Research Services / Statutory Presumptions (Oct. 2010). Yes, I have the illnesses and secondary illnesses listed in The Nehmer Training Guide February 2011.
Of the above, I appealed to the Board of Veterans Appeal (board). The Judge ruled July 2015: remand to the Buffalo DVA to provide an “Instant Appeal” and ” Expeditious Treatment”. The cover letter was made by VA’s Manager / Analyst a survey within the time frame of 30-60 days, J.D. Power (and associates) were to call as to my experience with the Board of Veterans Appeal (board). However, J.D. Power( associates ) did not call until about the first week of Nov. 2015. So, I filed an Appeal with COURT for VETERANS ( for $50)that I have not recognized anything by the (Buffalo) DVA as being to of an “Instant Appeal” and “Expeditious Treatment”. And, Despite the above mentioned documents, The DVA is not suppose to be using The Tradition Process , The COURT for VETERANS Judge ruled” If and When a final board decision is issued on remand, any adverse findings in such a decision may be appealed to this Court.
Perhaps, file appeal with:
Department of Veterans Affairs
Compensation & Pension Service (211A)
Attn: Nehmer Working Group
810 Vermont Ave. NW
Washington DC 20420
In my opinion, both documents are a must read.

LtCol Eugene B Richardson, USA (Retired) BA, MDiv, EdM, MS dit:

I will respond by E mail as I must look through your situation and determine how you might appeal. God bless for your service.


Geological Origins

Weathered outcrops and boulder-strewn mountainsides of the Cacapon River basin offer clues to a geologic history hundreds of millions of years old. About 250 million years ago, Appalachia underwent its last phase of mountain building. Peaks were thrust 4 to 6 miles above sea level and then slowly eroded into the rounded mountains we see today. Some of the oldest rocks in the Cacapon basin are more than 500 million years old. These rocks are sedimentary: they are made of tiny grains of rock that collected in water and were then compressed together. The presence of these sedimentary rocks—and the occasional trilobite fossil—tell us that an ocean once covered the basin.

Source: Cacapon Institute. 1993. Portrait of a River.


Tell us more about the loved one(s) you are honoring with your donation! Or, if you are a member of the military or in a military family, share your favorite memory about visiting the Village.

1st Cavalry, Airmobile
All that served
All those who have served our country
All veterans
All who have served to defend our Constitution and freedoms
An unknown soldier
Crew, USS Cacapon AO-52, 1963-1966
In honor of MacDermott, Keefe, and LaPriorie family members who serve or have served
Living and deceased members of the Arena and Gerard family
Our Dads
The American Army
The Holyoke Soldiers Home Victims
Those who serve freedom
Vietnam Veterans
Louis Abram
Charles Adamowitch
Joseph Addorisio
Frank Addorisio
Michael Addorisio
Joel Adelman, USA, Korea
Zachary Adler
Dorothy Ahearn, Red Cross
John Ahearn, Army
1st Lt. Aino B. Ahonen
Harold B. Allen, Navy, WWII
G. Pliny Allen, KIA Aug. 1944, Staff Sergeant, US Army Air Corps
Edward Q. Allison Sr.
John P. Ambrose
Edward Anderson
Peter Antonez, USMC
Jerry Archambault
George Argitis
John G. Argitis
Sgt. Lloyd G. Arndt, USA
Armand Arpin
Ronald Arpin
SSGT Travis Atkins (2007)
Frederick A. Atkinson
Edmond D. Audette
Rene N. Audette
Jim Auriemma
Arnold S. Austin
Forrest Austin
Author
Alfred Avery, USN, lost at sea 1942
Roland Bachand
Howard Baer
Eric S. Bailey
Richard Bailey, Air Force, WWII
Lee Baker
PFC William J. Bannon (󈨉)
Anthony Barca
Arthur Bard, USMC, Vietnam
Frederick A. Barney
Donald Bassett
Louis A. Battista
Luigi A. Battista
Lt. E. Roy Baum
Winthrop A. Baylies
Ernest W. Beals
Royce E. Beatty Sr.
Clement Beauchemin IV
Donald Beaudry Sr.
Allen H. Beck
David Belforte
David Belinskas
Richard Bentley
William Bentley Sr.
Major Charles Bergevin
Maj. Lawrence Berlin, USAF
George Berry, USMC, Korea
William Berry, Navy, WWII
Robert E. Betz
Capt. Ernie Blanco
Everett Bolin
Joseph E. Bonardi
Jeffrey Boniface, Navy
Paul E. Bonnette, Army, WWII
Joan and Victoria Boquin
Fred Bott
George Bott
Pete Bott
Albert E. Boucher Jr., Navy
Albert E. Boucher Sr., Navy
Ernest Boucher, Army
James R. Boucher, Army
Scott A. Boucher, Ret. USAF
Israel Boudriault
Edgar J. Bousquet
Earl R. Bousquet
Joseph Bowman
Jeremiah Breen, USN
Karen Breen, USAF
Terrence Breen, USMC
Frank Michael Brennan
LTC Robert E. Brewer
Frederic C. Brigham
Richard J. Brisard Sr.
John S. Brittain
Robert Brochu, USAF, Korea
Robert V. Brodeur Sr.
David Brooks
Sten K. Brote, USN
Margaret Brown
Robert H. Brown
Robert P. Burns
Robert A. Burque, Navy
Sgt. Stephen Bushay
George L. Bushey
Phyllis Bushey
Robert L. Butterworth
Richard Cabana, USAF
Berned Cadieux
James N. Caldarola
Walter Campbell
Leonard B. Campbell
L. Robert Campbell
Raymond D. Carlson
George R. Case
John Case
TSgt. Christopher S. Casella
CPO John F. Casella
Thomas Catino
James A. Cavallari
Phil Cayford
Michael Celuzza
Vincent Celuzza
John Cernauskas, Korean War Veteran
Howard Chaet
Joshua Lawrence Chamberlain
Andrew Chandler
MSG Buddy Chaplic
Charles W. Chaplin, USMC
Arthur E. Chappell
Henry Chappell
Henry W. Chase, Jr.
Michael E. Chesley
Myron E. Chesley, USCG
Joseph Chiappetta
Louis P. Chiappetta
Paul Chiappetta
David P. Chivis Jr., USAF
Paul T. Chorney
Adam Chubks
James Chute
Michael Chute
Edwin E. Cilley
William Cini
John F. Clancey II
Robert Clark, US Navy
Thomas A. Clark
Bruce Clarke, US Navy
PFC Emily Clarkson
Bob Clugston
Kristal Clugston
Milo Cocanour
Niles Cocanour
Paul Cocanour
Spencer Cocanour
Le sergent-chef. Myron A. Cohen, WWII Veteran
John Colarusso
Claude Cole, Navy
Lt Meredith A. Colwell, DDS, US Navy Dental Corps
SSGT Raymond W. Colwell, USAAC
FF/EMT Ted Colwell, South Windham FD
Francis Comer, WWII
John E. Comer, WWII
Robert Comer, WWII
James Connolly
John F. Connors
Colonel Brian J. Converse
Marvin Cook, USAF, Desert Storm
Richard Cook
George H. Coombs
W4 David S. Cormey
G. Sherwood Cormey
A/1 Wayne F. Cormey
A/1 Wendeau T. Cormey, USCG
A/1 Wesley S. Cormey
Edward J. Cormier, Vietnam
Colonel Lester W. Cory
Conrad Costigan
Frederic W. Coulon
Richard A. Coulter, USMM
George Coulter, WWII
Rene W. Cournoyer
Mike Cowen
Patrick Cowen
Sarah Cowen
Peter J. Coyle
Howard Craig Jr.
Clayton D. Cromack
Timothy Cronin
John J. Crowley
David W. Crowther
Waldo Wummings Jr.
Nathaniel Curboy
Paul Czaplicki
Delfio DaDalt
Philip Dame
Philip Dame
Edward W. Darzenkiewicz
William D. Daubert
Joshua Davis
Zachary Davis
Shawn Davis-Smith
Bradford D. Davol
Robert J. De Sesa
Bill DeCorleto
Frank DeCorleto
Joe DeCorleto
Edward J. Delage
Edward P. Delage
James Delisle
Richard Delisle
Donato Dell’Olio
Robert Deluca
Dennis Demars
Roland Demars
Ronald J. Denault
Lionel Desrosier
Richard E. DesRosiers
Louis Dhembe
Fiore DiMarco, Army, WWII
Joseph DiVito, US Army
Francis A. Dobie
Vincent Dokoki
James A. Dolan Jr.
Parmelius Donais, WWI (KIA)
Donald Donovan
Dr. Stanley A. Doret, MD
Richard Doucette
Andrew F. Dowden Jr., WWII POW
Russell Dowling
Lt. Col. Robert H. Downey, US Army
Leonard Doyle
Normand A. Drapeau
Ben Drezner
Samuel Drezner, US Army, WWII
Katie Dube, Mass National Guard
Francis V. Duffy, LT. USN WWII / Korea
Henry R. Dunnack, US Army Artillery, Pacific Theater
Lieutenant James E. Durfer, USNR
Paul Dussault
SSWC John P. Dyer Jr., USNR
John P. Dyer Sr., US Navy
Frank Dzaugis
Chris Eddy
George Eddy
Lyle H. Edick
Daniel Eells, Paul McClellan’s Regt.
Clement Emery, US Army
LCDR George I. Engle
Gordon H. Ewen
Michael Ezzo, WWI
Francis J. Fangmann
Lyle Favreau
Michael Louis Fazen, US Army, Retired Colonel
Norman Fecteau
Richard J. Feeley
Bernard A. Finch
CW4 Douglas A. Finch
Robert Flagg
Francis B. Flanagan
LTC Lauralee Flannery, Army
Thomas Fleming
Ronald Follo
Samuel Forrest
Robert James Foster
John R. Foster
Cpl. Anthony J. Foyle
Lt. Col James J. Foyle, USMC (retired)
Edwin G. Frank Jr.
Edwin G. Frank Sr.
Ronald A. Freeman, US Army, WWII
M. Kenneth French
Jules R.C. Gadoury
Tim Gagne, Marines
Harold D. Gagnon Jr., Korean War
Harold D. Gagnon Sr., WWI
Henry ‘F’ Gainley, served 21 years in US Navy, died 12/19/17
SFC Charles Gardner
Donald W. Gardner
Capt. Brett M. Garland, USN
Chester Garland
Louis Garon, Navy, WWII
David Garrison
Donald (Bud) Gaulrapp
James V. Gazzini
Raoul A. Gendreau
Barbara Gianaris
Paul Gianaris, Army
Zachary Gianaris
Zachary G. Gianaris, Army
Normand J. Gibeault
John F. Gilpin Jr., US Marine Corp, Vietnam War Veteran
Water M. Gilroy
Jack Gineo
Joseph A. Giovnio
Dominic Girardi, Army
Krista Gloden, Specialist, Army
Daniel Goffred Jr.
Edward M. Golluscio
F. Peter Gonya, USN
Luis Gonzalez
Arthur Goode
Steve Gordon
Lt. Comd. William P. Gormbley Jr.
Charlies Gould, CA, Merchant Navy, WWII
Carl H. Graff
Edward Gravelin Sr.
Randall Gray, USAF
Douglas R. Green, WWII
Kevin Greenwich
Richard Greenwich
John F. Gregory, Lt. Colonel, Army Reserves
Ed Gregory
Robert Grover Sr., US Coast Guard
Edward L. Grover, US Marines
Julius E. Haderer, US Army
John Robert Hagberg
Robert Hahns
Gerald F. Hall
Lt Col Gerard Haraden
Donald A. Harding
Herbert Hardy
Edward A. Harmon, USN , WWII
Samuel B. Harris
Robert T. Harriss Sr.
Frank Harvard
Joseph Harvard
Graham D. Haskell, WWII
William M. Hassman
William Hastings, USN
Anthony Hatch, Paramedic
Lt. Paul B. Hatch, US Navy
Max Hauenstein
Bruce D. Hay
Thomas Healy, USAF
Fred Heath
Richard Heath
Hyman Hecht
Private 1st Class Earl B. Hedel
Major Sean Heenan, US Army
Sgt. John Heffernan, US Army
Bruce Hefner
James E. Hemsley
David James Hennig
Anthony Hernandez
Major Clayton T. Herriford
General Robert L. Herriford
Col. (Ret.) David A. Hicks
PFC Jamee Hicks
Cmdr. Charles J. Hinckley
Jack Hinckley
Theodore Hinckley
Fred Hobson, USN
John K. Hodson Sr.
Lowell Hoffman, US Army WWII
Cpl. Mark Hogan, USMC
Spc Derek Holland
Herbert Hollenbeck, Navy
Col. Otho E. Holmes, 82nd Airborne, WWII
George E. Hommick, USMC
Donald Seth Hopkins
Nel Horr
Kenneth Horton
William Horvath
Richard H. Howard
Bruce Howell
Harold G. Hardisty
Earl Huebner, Army
SGT Thomas Huffman, Army, WWII
Hughes Family
Hughie
Hull Brothers
Walter Hull (1928-2020), US Navy, WWII
Katy Humphrey
Lawrence S. Huneck
Edward Hunt, US Marines
Carl R. Hurtig, WWII
Edward L. Hurtig, WWII
Benjamin Hutchins
Richard Hutchins
Jack Hyatt
Todd James
Daniel T. Jamroz, Vietnam
Toga H. Janson
RAdm. Dwight Johnson
Glenn Johnson, Navy
Mary Johnson
Emmett A. Jones III
Norman Jones
Captain Benjamin R. Jordan
John E. Joyce, WWII
Matthew Kading
Norman C. Kalber
Steven Kearns
Don Keefe
Adm. Robert J. Keegan, USN
Robert L. Keesling Sr.
Angela Kehayias
James Kehayias
Wayne Kelley
Joseph Kellner
James M. Kennan, Navy
Eileen Kennedy
CPT Richard Kent
Lt. Col. Edward S. King, USAF Ret.
Lt. Col. John Kingston Jr.
Robert J. Kirk
Augustine Kish, Navy
Benjamin F. Klaessig
John Kluge, US Army
Henry Kmet
J. Michael Knisley, USAF
George T. Knoll
Thomas Knott
Steve Koleshis
Paul Kosciow
Peter N. Kotsifas
Mitchell Kozyra, USN, WWII
Robert Krantz, Coast Guard
Charles J. Kraus
Rodger P. Kroll
Charles Kruckas
Anthony J. Kubica
Frank Kunashevsky
Rev. Fr. Steven Labaire
Richard H. LaBelle
SN Roderick Labrecque, USN
Richard LaCaire, Veteran
Ronald Lacaire, Veteran
M. Rita Lacoste
Deb LaForge
Louis A. LaGreca
Craig Laliberte
Charles B. Lally
Sarah Landry, RN
Edward Langevin
Bob and Mary Langhill
Peter R. Lanier
Norman A. Lantaigne
Norman A. Lantaigne
Bernard Lapan
Anthony LaQuerre
Victor Largesse
Stephen LaRiviere, Army, WWII
Ben Larson
Robert Anthony Latif
Albert F. Lauter, US Army
William H. LaVergne
Leo P. Lavoie Jr.
John M. Leahy
Normand E. Ledoux
Eva L. Lee
C. Bernard Legacy
Walter Lehanka
Edmund Leighton
Bernard Lempicki
Leo
Stephen T. Lepper, CDR, USN, Ret.
John Lesko
Charles Letendre, Veteran
Norman Letendre, Veteran
Nicholas R. Levasseur, CPL, USMC
Clifford “Cookie” Leveille
Clifford Leveille Sr.
Michael Lewenza
George Lewis
Q.E.D. Lewis
Francis J. Leyden
MSG Margaret Lidwell, Army
Thomas F. Lilley Sr., USA
Andrea Lillo
David T. Linder, Marines, wounded
PFC Paul Lisee, WWII
LT William F. Little III
Newberry Locklear, US Army
John J. Logus, USMC
Angelo W. Lombardi, Army
George E. Long Sr., Korean Veteran
Chief Warrant Officer 4 Dary Lopez
John (Jack) Lord
Mack Lord, USAF
Cosimo Luchino
Richard A. Lundgren
David B. Lyman
Sgt. Justin Lyman
Corp. Roy Lyon
H. Ralph Maack, Army, WWII
Sgt. First Class Carl H. MacDermott (1928-2018), 4 years Navy, WWII and 4 years Army, Korean War
Douglas Mace
Fred Madel, Korean War
Steven Madelle
Carmine Magnoli
Edward Magnoli
Joseph Majercik
Paul Majercik
Ed Makowski
MSG Bernie Malone
Robert L. Mancini, USMC
E. Mario Mancini, US Navy, WWII
Corporal Robert L. Mancini, US Marines
Benjamin Mandeville
David Mandeville
Kelly Mandeville
Frank A. Manegio Jr.
Frank A. Manegio Sr.
Joseph S. Mangione, PFC Army, WWII
Leon C. Mankowsky
Arthur V. Manseau Jr.
Georges Mantzios
Joseph Marks
Dr. Francis B. Markunas
Maud Lyter Markunas
Robert A. Marshall, USA, WWII
Edward W. Marshall, former trustee
Francis V. Marshall, former overseer
USAF Vietnam Veteran, Captain C. James Martel
Francis E. Martin
Greg Martin
Joseph Martin, WWI
John M. Masiello
Jacob Maskal
Harry J. Maslak
Jerry Massaro
Henry S. Mathieson
Alexa Mathon
Robert M. Matson, Army
Arthur Maxwell
James P. McCabe
Andrew J. McCarthy, Veteran, USMC
Jack McCormick, Veteran
William F. McCoy
Mike McCue
Edward J. McElligott
David M. McGuill, US Army
Roger G. McGuire
Gerald McKee
Sgt. Lawrence McLear, USMC
Joseph E. McMullen Jr.
Sargeant Daniel David McVeigh, April 13, 1974 – October 2, 1996
Carroll E. Medler, USN
Charles Melroy
Raymond G Mercer Jr.
Raymond G. Mercer
SFC Shawn Mercier
John Metowski
Pat Metowski
Mary E. Metterville
William C. Metterville
Basil Michaeles
Daniel Michener, Specialist, Army Signal Corps
Milton Michener, Captain, Army Corp of Engineers
Major Aaron Weidner Miller
Alexander L. Miller Jr.
Major Jessica P. Miller
Major Nathan Weidner Miller
Richard L. Miller, Veteran of Korean War
Walter S. Miller
Angelo Molley
Peter Molley
Tony Molley
Molta Family
Sandra Molteni
Thomas Molteni
John F. Monahan
Robert A. Mongue
Delmar A. Moorhouse
Thomas J. Morelli
Ben Morgan
Jake Morgan, US Army
John Morgan
Paul B. Morgan
Peter S. Morgan
Samuel Morocco
Ralph W. Morton, USN
Jerry Moyer
Frederick J. Mueller, US Navy, WWI
Clyde D. Mueller, US Army, WWII
William L. Muir
Richard T. Mulcahy Sr.
Alfred L. Mullen
Alfred L. Mullen Jr.
Daniel J. Mullen
Murray Family
Charles A. Murray
Stephen Neifert
John Neihouse, US Navy, WWII
Shirley Forrest Neihouse, Staff Sargeant, US Air Force
Martin P. Neslusan
Cary Nichols, USAF
Mike Nichols, USAF
Alexander J. Noga
Constance A. Noonan
Constance A. Noonan, US Army, WWII
SSG Dawn Noonan
Edward J. Noonan
Thomas A. Noonan, US Army, WWII
Timothy F. Noonan
LTC William Noonan
Paul Noone Sr., Veteran
Arthur Nordell, USAAF WWII
Bill Normington
Charles Norris
CPOL Noah Norton
Ted V. Novakowski, WWII
St/Sgt Frank M. Novick
Parker B. Nutting, WWII
John (Jack) O’Coin
Joseph P. O’Coin
Warren Odgren
Edward J. O’Keefe
Frederick Okula
James H. Olihan
Louis Orosz
Martin F. “Pinky” O’Toole
Michael G. Ott
Michael J. Hutchins Ott
T. Gordon Ott
Theodore Ottaviano
Vito Ottaviano
Brian Ouellette
Mary Elizabeth Owen
Henry Palmerino
Peter E. Pappas
Lee Pappas
Peter Pappas
Kenneth E. Parsons, 1st Lieutenant, Army
1er LT. Tyler E. Parten
Michael L. Partlow I
Mero W. “Sky” Patulak
Richard Paulik
Vincent Pavia
Wallace G. Payne
James Pedone, US Navy
Lawrence Pelletier
Charles Peloquin
Gurlie Perron
Emanuel “Laddie” Perry
Edward E. Peterson
Herbert S. Philbrick Jr.
Sgt. Thomas M. Phipps, WWII
Daniel A. Piccola, Active Coast Guard
Myrtle Piccola, WAVE, WWII
Philip Piccola Jr., Navy, Retired
Philip Piccola Sr., Merchant Marine, WWII
William Piccolo, Navy
Taylor A. Pimental
Lt Adrienne Plourde, NREMT Bristol FD
FF Brian P. Plourde, Bristol FD
John Pobieglo
Casey Poirier, EMT
Joseph Poirier, FF EMT
David Polissack
Dr. Anthony Polito
George Pomrening
Richard J. Pope
Claude C Pose Jr.
Claude C. Post Sr.
Lt. General Gerald J. Post
Harry Powell
Edward J. Powers
Norman F. Powers, US Navy, WWII
Maj. Robert A. Powers
Lt. Colonel Robert L. Powers
Ronald J. Powers
Susan L. Powers
Richard Predella Sr.
Peter E. Price
Le sergent-chef. Ron Proulx
Edward S. Prutzer Sr.
Joe Quintillio
SSG John Ragucci, US Army
Florian Rajewicz
Harold W. Ramsey Sr.
Cpl Kelley Rayos-Teixeira, USMC
Daniel Ready
Lee Rebillard
Robert S. Reichenberg, US Navy
Albert J. Reid, 3rd Inf. Reg, The Old Guard
James Reineck
Armand Remillard
Donald Remillard Sr.
Max D. Remington (CPL-Korea)
Sgt Rey, USMC IED Detection K9
Msgt. Raymond C. Rheault, USAF Ret.
Roger C. Rheault, US Navy Vet
Wellington Richards
Alfred Richards
SGT Amy Richardson
Harold E. Richardson, Navy
CMD. SGT. Major Todd Richardson
Gilbert Riddle Sr., USMC
Ronald Rieseck
Walter Rieseck
John Riganti, Korean War
SFC David Rinaldo
CW4 Vincent Rinaldo, Vietnam
Mark L. Rivard
Delwyn Robator
George R. Roberts, US Navy, WWII
George R. Roberts, USN – USS Charger
Joshua Robertson
Alfred W. Robitaille Sr.
Rolf and Apollo, Veterans
William F. Rose
Lyman W. Rosebrooks
Sgt. Roger J. Roy
Richard J. Ruddy, 2nd Class P. Of.
Albert Rukstalis
Paul Ryan
John Rymasz III, USN
PFC Clifford G. Safrenek, US Army, WWII
Louis L. Sandrick
Charlie Sansing
Andrew R. Santimore
Shirley A. Santimore
Walter Santos
Maria Sarno
Mario Sarno
Col. Thomas Sarrouf
William F. Scannell, USN, WWII
Louis F. Schadlich
Louis M. Schadlich
Dorothy Scheinfeldt, RN, Navy, WWII
Frank Schilzewick
William R. Schlosser Jr.
Roger Schmidt
LCpl Mark Schmink, USMC
Ed Schroeder
Richard Schulze
William J. Schwab, US Air Force
John Bradford Schwarz
George Seabourne
Edward Shabot S/SGT, Army Air Corps
Edward T. Shannon
John J. Shannon, Jr., US Air Force
John J. Shannon Sr., US Army, WWII
David Warren Shaw
William H. Shaw
Maj Donald E. Shay Jr., USAF, POW/MIA Vietnam
Kyle P. Sheedy
Leslie E. Sheldon Jr.
William O. Shifflett, Navy, WWII, Career
Michael Singara, USN
Clarence R. Simarse
Walton D. Simmons
John E. Sirube
SGT Donald W. Sleath
Charles A. Smeaton
Edward Smigel
Captain Barbara E. Smith, ANC, WWII
US Army Specialist Jefferson Smith, Active Duty
US Navy Veteran John R. Smith Jr., WWII
Lindsey E. Smith Jr.
Paul Smith
Wilbur Smith
Richard Smola
Hal Snyder
A. Jay Somers
Andre Sommer
Michael F. Sosik Jr.
Edward A. Soukup, USMC
Ralph Sowden
Clement St. Hilaire
PVT Samuel St. John
Chester John Stanek
Stella Stanko
Hugo Stapel
Moe Stapleton, USAF
Thomas J. Stapleton, US Army, Vietnam
John P. Stark Jr.
John P. Stark III
David F. Steindl
David R. Stephens, Staff Sgt., US Marines
Lord Generl Sterling
Francis Stevens
David L. Stewart Jr.
David L. Stewart III
Philip G. Stone
Julia A. Stonehouse
Sophie A. Stonehouse
John Stones, USA, WWI
Sullivan Family
James E. Surette
Major Ian Swisher, PA National Guard
Lt Meredith Swisher, DDS US Navy Dental Corps
Staff Sargeant Bruce Tedford
Alfred P. Theodore
Raymond Therriault
G. Michael Thibodeau
Alan Thomas
John Thomas
Lloyd H. Thomas
Robert L. Thomas
Earl Thompson
Doris Thomson
William Thomson
Guido Tiberii, US Army, WWII
Captain Arthur Tieri, Staff Sargeant Honore Madore
Joseph Tocco
Norman Totter
Joseph Trapasso
Roland L. Tremblay
Randy Utley
Joseph Vairo, US Navy, WWII
Fred Valeriay
LTC Kate Van Auken, Army
1LT Conor Van Duzer
Alex Vanagel
Marshall Vinehout
Donald R. Vorce
William J. Wall Sr., USN
Calvin Wallace
Franklin Wallace
William J. Walto Jr.
William J. Walto Sr.
Charles Wanderer
Bruce Warner, Marine
Mervyn Wehe, Veteran of WWII
Robert H. Weiss
Timothy L. Wentworth
Joseph M. Whalen
Michael J. Whelan
Robert M. Whelan Sr., USMC
Captain Wynn V. Whidden
Mark C. Whited
Leonard E. Whitford Sr.
Richard Whitman
Wilbur P. Whitney, WWII Veteran
LCpl Alan R. Whitney, Marines
Sgt. Brian A. Whitney, Army
Lt. Dennis Wilkinson, USAF
Alan R. Williams
Charles T. Willock Jr., US Army Air Corp
TSgt. Kenneth I. Wilmarth, Army
Jimmie Winters, Tech Sargeant, US Air Force
Ellen D. Winters, US Navy, WWII
John Wolff 43-46
Jack Wood
Joseph Zabka
Charles H. Zopfi Jr.
Charles H. Zopfi Sr.


La description

We are happy to offer a classic style 5 panel custom US Navy fleet oiler ship AO 52 USS Cacapon embroidered hat.

For an additional (and optional) charge of $7.00, our hats can be personalized with up to 2 lines of text of 14 characters each (including spaces), such as with a veteran’s last name and rate and rank on the first line, and years of service on the second line.

Our AO 52 USS Cacapon embroidered hat comes in two styles for your choosing. A traditional “high profile” flat bill snap back style (with an authentic green under visor on the bottom of the flat bill), or a modern “medium profile” curved bill velcro back “baseball cap” style. Both styles are “one size fits all”. Our hats are made of durable 100% cotton for breathability and comfort.

Given high embroidery demands on these “made to order” hats, please allow 4 weeks for shipment.

If you have any questions about our hat offerings, please contact us at 904-425-1204 or e-mail us at [email protected] , and we will be happy to speak to you!


An award-winning community

When MDG was nominated by the local Eastern Panhandle Home Builders’ Association for its development of Cacapon South this goal was within reach. Soon after, in 2000, the state-level Home Builders’ Association of West Virginia bestowed its “Best in West Virginia” award on Cacapon South. The category: “Residential Development of the Year.”

With this award, McCuan achieved his longtime aspiration: recognition for the community that MDG and Salen & Company, Inc. built together.


Voir la vidéo: FRENCH AND INDIAN MASSACRE AT THE BATTLE OF THE GREAT CACAPON. 1756 Fort Edwards (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Zulmaran

    Il y a quelque chose. Maintenant, tout est devenu clair pour moi, je remercie pour l'information.

  2. Yoshi

    Désolé pour l'interférence ... Je comprends ce problème. Discutons. Écrivez ici ou dans PM.

  3. Mordke

    ME PERMEZ-VOUS AIDER?

  4. Weatherby

    Je pense que je fais des erreurs. Je propose d'en discuter. Écrivez-moi dans PM, parlez.

  5. Olamide

    Quels mots ... super, une excellente idée

  6. Hagop

    Donc oui!

  7. Sneferu

    J'ai lu votre article et j'ai adoré, merci.



Écrire un message